Publication | Actes des XXXIXe rencontres – Hommes et caprinés, de la montagne à la steppe, de la chasse à l’élevage

Les 39e Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes ont porté sur la thématique de la relation Homme-Caprinés au cours des temps préhistoriques et historiques. Dans une démarche diachronique et pluridisciplinaire, archéozoologues, paléontologues, écologues, taphonomistes, ethnologues, anthropologues, archéologues et historiens se sont regroupés pour esquisser et illustrer l’Histoire de cette longue et étroite relation autour de ce titre ambitieux : « Hommes et Caprinés : de la montagne à la steppe, de la chasse à l’élevage ». Les interactions entre les Hommes et les Caprinés débute bien avant la domestication, dès le Paléolithique inférieur, au cœur des milieux rocheux d’Eurasie. À partir du Néolithique, la domestication de certaines espèces (mouton, chèvre) a joué un rôle majeur dans les changements socio-économiques des sociétés humaines au Proche-Orient, en Europe et en Afrique, et transformé les paysages par le pastoralisme, jusqu’au temps actuels et sur tous les continents. À travers les pratiques de subsistance, de la prédation à la domestication, et des pratiques pastorales les plus diverses, complétée par les dimensions biologiques, écologiques et sociales, l’iconographie et la symbolique, ce recueil met en lumière ce groupe particulier d’ongulés, les Caprinés, et leurs exploitations sensu lato par les groupes humains.

The 39th Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes focused on the topic of the Human-Caprine relationship in prehistoric and historical times. Within a diachronic and multidisciplinary approach, zooarchaeologists, paleontologists, ecologists, taphonomists, ethnologists, anthropologists, archaeologists and historians gathered to sketch and illustrate the history of this long and close relationship through this ambitious topic:“Humans and Caprines: from mountain to steppe, from hunting to husbandry”.The interactions between Humans and Caprines starts well before the domestication, since the lower Palaeolithic, in the rocky Eurasian regions. From the Neolithic onwards, the domestication of some species (sheep, goat) played a crucial role in the socio-economic changes in the Near East, Europe and Africa, and transformed the landscapes through pastoralism till the present time and on all continents. Through subsistence practices, from predation to domestication, as well as through a large variety of dimensions: social, economic, biological, ecological, iconographic and symbolic, this volume deals with this particular group of ungulates, the Caprines, and their exploitation sensu lato by human groups.

Prix: 40 €
ISBN 2-904110-61-5

Pour l’acheter : http://www.librairie-archeologique.com/index.html?produit=51893 

Publication | Actes des XXXVIIIe rencontres – Des refuges aux oasis : vivre en milieu aride de la Préhistoire à aujourd’hui

0rganisation scientifique: L. Purdue, J. Charbonnier, L. Khalidi
Gestion administrative: A.-M. Gomez, A. Pasqualini et S. Sorin (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM, France)

L’histoire de l’homme en milieu aride a toujours été étroitement liée à celle de l’eau et de sa disponibilité au cours du temps. De la préhistoire aux périodes historiques, les populations des régions arides ont, pour s’implanter, successivement profité d’isolats bénéficiant de ressources hydriques importantes, des zones refuges, puis ont modifié leur environnement de manière à construire des niches sociales et environnementales, les oasis. La théorie de la Construction de Niche (Laland et al., 2000), qui conceptualise la capacité qu’ont les organismes à modifier leur environnement et influencer en conséquence leur propre évolution et celle des autres espèces, permet d’étudier de façon intégrée la coévolution de ces espaces et des sociétés qui les ont occupés et/ou façonnés.
Thèmes (FR)


The history of human occupation in arid landscapes has always been inextricably tied to the history of water and its accessibility through time. From prehistory to now, populations have successively settled in isolated ecosystems that benefit from significant hydrological resources, or refugia zones, later modifying their environments into social and environmental niches, or oases. Niche Construction Theory (Laland et al., 2000), which conceptualizes the capacity of organisms to modify their own environments and, in turn, to influence their own evolutionary trajectories as well as those of other organisms, allows the integrated study of the co-evolution of these spaces and the societies which occupy or shape them.
Thèmes (EN)

Prix: 40 €
ISBN 2-904110-60-7

Pour l’acheter : http://www.librairie-archeologique.com/index.html?produit=50748

Publication | Actes des XXXVIIe rencontres – L’exploitation des ressources maritimes de l’Antiquité, activités productives et organisation des territoires

Sous la direction de Ricardo Gonzalez Villaescuza, Katia Schörle, Frédéric Gayet et François Rechin.

Cet ouvrage issu de l’organisation conjointe des XXXVlI Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes et du XIIe Colloque de l’Association Ager veut contribuer à la compréhension de l’implantation littorale en fonction de l’exploitation des ressources maritimes. L’objectif est de comprendre l’exploitation du milieu littoral (la production et la trans formation des produits) et le rôle de la production, circulation et les échanges maritimes dans les modes de peuplement et d’organisation territoriale. Ces deux espaces de nature, de qualités différentes et avec des discontinuités bioécologiques apportent aux occupants un milieu hybride: souvent, la construction de ces paysages anthropisés rend compte et tire profit de cette position. Le volume porte une attention particulière à l’aménagement des espaces et des paysages côtiers: l’habitat, les digues, les prairies salées, les cultures, les marais salins, et les interactions entre les activités d’exploitation des ressources marines et l’exploitation agraire, en mettant en évidence les liens étroits entre l’agriculture et la pêche, voire l’élevage.

This book results from the joint organization of the XXXVII Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire of Antibes and the Xllth Colloquium of the Ager Association. lts main objective is to contribute to the understanding of coastal settlements in light of the exploitation of maritime resources. The aim is to seek a better understanding of the exploitation (i.e. the production and its processing methods) of coastal environments understood as an interface between the land and the sea, and the role of production, circulation and maritime trade for settlements and territorial organization. The land and the sea form two natural spaces with different qualities and discontinuous bioecological systems, yet they create a hybrid environment: human settlements and activities in coastal lands often both reflect and profit from this situation.This volume also paid attention to the distinction between amphibious territories (benefiting from two elements: marshes, lakes and lagoons coastal and rivers, meadows flooded by the sea … ) and mixed economies in which communities integrate fishing practices and into their operating systems, which are also agricultural and pastoral.

Prix: 35 €
ISBN 978-2-904110-58-5

Pour l’acheter : http://www.librairie-archeologique.com/index.html?produit=49460

Publication | Actes des XXXVIe rencontres – Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours

Sous la direction de Michel Lauwers et Aurélie Zemour.

Qu’est-ce qu’une sépulture ? En posant cette question à propos de diverses périodes et aires culturelles, du point de vue de différentes sciences sociales, l’ambition des 36e Rencontres d’Antibes était tout à la fois de définir et d’appréhender le phénomène de la sépulture dans les sociétés humaines et de mettre en perspective notre approche du funéraire. L’horizon scientifique de la plupart des contributions de ce volume n’en demeure pas moins la reconstitution de systèmes funéraires et l’articulation entre idéologies et pratiques sociales. La première partie de l’ouvrage s’intéresse aux mots utilisés dans différents contextes historiques et culturels pour désigner et penser la sépulture, ainsi qu’aux concepts présidant à l’interprétation des pratiques et des lieux funéraires dans diverses disciplines (archéologie et anthropologie biologique, histoire, ethnologie et anthropologie culturelle). La deuxième partie aborde les choses, en s’attachant aux traces matérielles et aux critères permettant de reconnaître une sépulture. Plusieurs contributions explorent ainsi les limites entre funéraire et non funéraire au travers de cas plus ou moins équivoques. La troisième partie du livre, qui renvoie aux moeurs, interroge le sens des gestes funéraires, discute de leur dimension normative et de leur inscription au sein des structures sociales.

What is a burial ? By asking this question over various periods and cultural contexts, from the viewpoint of different social sciences, the ambition of the 36th Rencontres d’Antibes was to apprehend the burial in human societies and to put our approach of the funerary sphere in perspective. Nevertheless, the reconstruction of funerary systems, at the interface between ideologies and social practices, remains at the heart of most of this volume’s contributions. The first part of this book deals with words used to designate and think the grave in different historical and cultural contexts, as well as the concepts for interpreting funerary practices and places within diverse disciplines (archaeology and biological anthropology, history, ethnohistory, ethnography and cultural anthropology). By focusing on material traces and criteria allowing to recognize a burial, the second part deals with things. Through more or less equivocal case studies, several contributions explore the limits between funerary and non-funerary. The third part of this volume, which refers to customs, discusses their normative dimension and their inscription into social structures.

Prix: 40 €
ISBN 2-904110-57-7

 

Publication | Actes des XXXVe rencontres – Les systèmes de mobilité de la Préhistoire au Moyen Âge

Sous la direction de Nicolas Naudinot, Liliane Meignen, Didier Binder et Guirec Querré.

Se déplacer, transporter, échanger… Ces comportements, leur place et leur organisation ont toujours été et, à l’heure de la mondialisation, sont peut-être encore plus que jamais au cœur du fonctionnement des systèmes socio-économiques. La mobilité constitue ainsi une perspective de recherche centrale en anthropologie. Le terme « mobilité » englobe des comportements très variés aux échelles spatio-temporelles multiples. Les articles présentés dans cet ouvrage sont ainsi organisés autour de thématiques portant sur la longue durée et rendant compte de ces différentes échelles de la mobilité : 1) grandes dynamiques de peuplement, 2) organisation des territoires ou encore 3) transferts et interculturalité. De quels éléments disposons-nous pour aborder les systèmes de mobilité à leurs différentes échelles ? Les approches sont-elles également différentes selon la période concernée ? C’est essentiellement autour de ces vastes questions et de cette diversité chronologique, disciplinaire ou méthodologique que s’organise cet ouvrage.

Moving, transporting, exchanging… These behaviors, their place and their organization have always been and, at a time of globalization, are maybe more than ever at the center of socioeconomic systems. Mobility represents therefore a central perspective in Anthropology. The term “mobility” includes highly diversified behaviors at multiple spatial and temporal scales. Papers presented in this book are organized around themes dealing with a long term perspective and expressing these various scales of mobility : 1) major settlement dynamics, 2) organization of territories or 3) transfers and interculturality. What are the available elements to apprehend mobility systems at their different scales ? Are these approaches also different according to the period studied ? This collective work is essentially organized around these broad topics and this chronological, disciplinary and methodological diversity.

Prix: 35 €
ISBN 978-2-904110-56-6

Pour l’acheter : http://www.librairie-archeologique.com/index.html?produit=47044

Publication | Actes des XXXIVe rencontres – Implantations humaines en milieu littoral méditerranéen : facteurs d’installation et processus d’appropriation de l’espace (Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge)

Sous la direction de Laurence Mercuri, Ricardo González Villaescusa et Frédérique Bertoncello.

Si la recherche sur les questions d’exploitation et de maintien des espaces nouvellement acquis est bien développée pour les périodes anciennes, la genèse des établissements et de leurs territoires reste encore à défricher. Cet ouvrage, issu des XXXIVe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, entend ainsi contribuer à la connaissance de la dynamique des peuplements en Méditerranée sous l’angle original de l’étude de la phase initiale des implantations de populations en milieu littoral. Il propose d’appréhender, dans une large diachronie, les processus régissant l’installation de communautés sur les littoraux méditerranéens et relatifs aux facteurs d’implantation et aux formes d’installation et d’appropriation de l’espace. Il intéresse une vaste aire géographique (toute la Méditerranée) et toutes les périodes anciennes. Bien que centré sur l’Antiquité, il développe une ouverture chronologique vers la Préhistoire et le Moyen Âge, dans une perspective comparative précieuse pour identifier les processus par lesquels les populations construisent leur espace en cas de transfert.

If a good deal of research has been done regarding the equestions of exploitation andmaintenance of acquired lands, the genesis of establishments and their territories  still remains to be cleared. The proceedings of the XXXIVe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes thus intend to contribute to our knowledge of the settlement dynamics in the Mediterranean area, from the original point of view of the initial phase of establishment of populations along the littoral areas. They aims to discuss, in a broad diachrony, the processes which govern the settling of communities on the Mediterranean littorals, relating to the location factors and the forms of settlements and appropriation of space. They cover a vast geographical area (the whole Mediterranean) with a diachronic perspective. The chronological opening from Antiquity towards Prehistory and the Middle Ages is particularly helpful in identifying the processes by which the populations build their new space in the event of a relocation.

Prix: 35 €
ISBN 2-904110-54-2 

Pour l’acheter : http://www.librairie-archeologique.com/index.html?produit=45916

Publication | Actes des XXXIIIe rencontres – Regards croisés sur les outils liés au travail des végétaux

Sous la direction de Patricia C. Anderson, Carole Cheval et Aline Durand.

Les activités liées au traitement des végétaux restent mal connues en raison de leur nature périssable. Au-delà de l’archéobotanique et de l’étude de l’outillage lithique, plutôt utilisées pour rechercher ces activités, ce livre porte un regard interdisciplinaire sur des artefacts dont la détermination n’est pas toujours aisée. Les auteurs examinent comment ces outils, tirés de différents matériaux (bois, matières dures d’origine animale, céramique, métal, structures en terre, mobilier lourd) ont été employés pour la récolte, le battage, le meulage, le broyage, la cuisson, la préparation et l’utilisation des fibres et du bois dans des domaines divers : alimentation, cosmétiques, textiles, vanneries, et architecture. Les méthodes engagées combinent l’ethnologie, l’histoire, l’archéologie, l’expérimentation et aussi l’analyse tracéologique, tribologique, métrologique, ou de chimie élémentaire, ainsi que l’étude des restes végétaux tels que phytolithes et amidons. Ces 28 documents d’auteurs originaires de six pays constituent un ensemble de données inhabituelles sur l’histoire des techniques et de leur contexte socioéconomique dans treize pays en Europe, Afrique et Asie du Sud-Ouest, du Paléolithique à nos jours. De nombreux résultats présentés ici sont le fruit de deux projets de recherche, le GDR 2517 du CNRS et le programme EARTH de la Fondation Européenne de la Science (ESF).

Much of the evidence for plant processing escapes us, due to the perishable nature of most plant remains as well as of many of the tools used. Beyond archaeobotany and analyses of better understood flaked stone tools, this book provides an interdisciplinary look at how tools that are difficult to identify as such were made and used to work plant materials. Authors explore how unusual tools in wood, bone, ground stone, earthen structures, ceramic, and metal were used for harvesting, threshing, grilling, grinding, pounding, fiber preparation and use, extractions from plants, and woodworking, related to animal fodder, human food and condiments, cosmetics, textiles, basketry and building, for example. The interdisciplinary methodologies used combine archaeology, experimental archaeology, history, social and cultural anthropology, microwear analysis, tribology and metrology, elemental chemical analysis, and study of plant macro remains, phytoliths and starch. 28 papers by authors from 6 countries, comprise an unusual data set of new studies on the history of techniques and their social and economic context in 13 countries in Europe, Africa and Southwest Asia, from the Paleolithic to the present. Presented at the Colloque d’ Antibes, many papers result from two collaborative research projects, the GDR 2517 of the CNRS and the EARTH Program of the European Science Foundation (ESF).

Prix: 40 €
ISBN 2-904110-53-4

Pour l’acheter : http://www.librairie-archeologique.com/index.html?produit=44661 

Publication | Actes des XXXIIe rencontres – Variabilités environnementales, mutations sociales. Nature, intensités, échelles et temporalités des changements.

Sous la direction de  Frédérique Bertoncello et Franck Braemer.

La perception des interactions entre les facteurs naturels et anthropiques sur l’évolution des environnements et des sociétés est une préoccupation majeure de la communauté scientifique, au croisement des sciences de la Terre, de l’Environnement et de la Société. La question centrale est celle de l’impact respectif des processus naturels (climatiques essentiellement) et anthropiques dans les dynamiques sociales et environnementales, que l’on peut désormais restituer avec de plus en plus de finesse. Pour dépasser les interprétations déterministes et mécanistes qui recherchent des relations directes de causes à effets, et envisager les relations sociétés-milieux dans la perspective d’un système en co-évolution, il est nécessaire de proposer des modèles de représentation et d’interprétation de plus en plus nuancés et adaptés à la variabilité des situations étudiées et des fonctionnements régionaux des géosystèmes et des anthroposystèmes. Cela passe par la mobilisation de données hétérogènes (climatiques, paléoenvironnementales, archéologiques, historiques…), souvent lacunaires, de résolutions chronologiques et spatiales variées et différents degrés de précision. De même, les effets des changements climatiques et des actions anthropiques sur les environnements et les sociétés ne se manifestent pas avec la même intensité, selon les mêmes rythmes ni les mêmes échelles. Pour confronter, dans l’espace et dans le temps, des dynamiques environnementales et sociales, des outils méthodologiques permettant de mesurer et de modéliser le changement commencent à être élaborés.
Ce sont ces questions de nature, d’intensité, de seuils, d’échelles et de temporalité des impacts climatiques et anthropiques, principaux enjeux de la modélisation des dynamiques socio-environnementales, qui ont été explorées au cours de ce colloque.

Our perception of the interactions between natural and human factors on environmental and social dynamics is a major concern of the scientific community at the crossing of Earth, Environmental and Social Sciences. The central question is the relative impact of natural (mainly climatic) and human processes on the evolution of ancient environments and societies, which we can now perceive with more accuracy. In order to go beyond mechanical and deterministic interpretations seeking direct causal links, and to consider on the contrary human-nature interactions in a co-evolutive perspective, it is necessary to propose finaly-tuned models adapted to the regional diversity of the geosystems and anthroposystems. This implies to mobilise heterogeneous data (climatic, palaeoenvironmental, archaeological, historical…), often incomplete, with various chronological and spatial resolutions and degrees of accuracy. Moreover, the intensity, rhythm and scale of the impacts of climatic changes and human activities on the environments and societies can differ greatly. News methods and tools allow change measurement and modelling in order to compare environmental and social dynamics, in space and time. This conference aimed to investigate these questions of nature, intensity, threshold, scale and temporality of the climatic and social impacts, key issues in the modelling of socio-environmental dynamics.

Prix: 40 €
ISBN 2-904110-52-6

Pour l’acheter : http://www.librairie-archeologique.com/index.html?produit=43470

Publication | Actes des XXXIe rencontres – Prédateurs dans tous leurs états. Evolution, biodiversité, interactions, mythes, symboles.

Sous la direction de Jean-Philip Brugal, Armelle Gardeisen et Arnaud Zucker.

L’’ambition de ce recueil d’archéozoologie, fruit de rencontres et d’échanges de chercheurs d’horizons variées, est d’offrir à la réflexion un ensemble d’études croisées et pluridisciplinaires sur la prédation et les prédateurs. Principalement centré sur des aspects archéologiques et historiques, il s’articule autour de trois thématiques majeures : compétition, représentation, appropriation. À partir de différents matériels (ostéologiques, technologiques, iconographiques, littéraires) et de « terrains d’enquête » divers (géographiquement et chronologiquement), il aborde les principales problématiques historiques et culturelles liées à la prédation, souvent sous l’angle de l’interaction homme-animal. L’enjeu de ces enquêtes est à la fois d’interroger et d’élucider cette notion délicate, en mesurant l’impact de cette détermination profonde (un facteur à la fois alimentaire, biologique, écologique, évolutive et symbolique), et de permettre, à travers des analyses de situations particulières et des examens spécifiques, une meilleure compréhension globale et historique du « système de la prédation ».

This collective volume on archaeozoology presents a set of pluridisciplinary studies on predation and predators. It is the result of encounters and exchanges that took place among researches of diverse theoretical and methodological perspectives during the 31st Antibes Conference. Focused primarily on archaeological and historical aspects of the subject, the papers address three main themes : competition, representation, and appropriation. Using different kinds of evidence (osteological, technological, iconographic, literary), and based in geographically and chronologically diverse domains of analysis, the book explores the main issues linked to predation, generally within the framework of man-animal interactions. The purpose of these studies is to both question and illuminate this complicated term by evaluating the impact of this profound characteristic (which is simultaneously alimentary, biological, ecological, evolutionary, and symbolic). They are also intended to offer, through analysis of particular situations, a global historical perspective on the “predatory system”.

Prix: 40 €
ISBN 2-904110-51-8

Pour l’acheter : http://www.librairie-archeologique.com/index.html?produit=42019

Publication | Actes des XXXe rencontres – Des hommes et des plantes, exploitation du milieu et des ressources végétales de la Préhistoire à nos jours

Sous la direction de Claire Delhon, Isabelle Théry-Parisot et Stéphanie Thiébault. 

La notion de « dépôt » recouvre plusieurs réalités archéologiques, historiques et ethnographiques allant de l’accumulation aléatoire d’objets à une pratique intentionnelle chargée de significations sociales, économiques ou symboliques. La multiplicité des types d’approche, des choix méthodologiques et des modèles interprétatifs auxquels ont recours les chercheurs pour expliquer les processus de formation et les significations de ces « ensembles » s’inscrit de surcroît dans des contextes chrono-culturels variés.
Tel qu’il est envisagé dans cet ouvrage, un « dépôt » est la fois une action, le résultat de cette action et un lieu. Afin d’aborder cette notion, ces xxixe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes s’articulent autour de trois axes principaux dans une perspective pluridisciplinaire et diachronique : les contextes de découverte, la « vie sociale » des objets déposés et enfin les gestes et les acteurs du dépôt.

The notion of “Deposits” encompasses several archaeological, historical and ethnographical facts from the random gathering of objects to the intentional practices, either sociological, economic or symbolic. The multitude of different approaches, the methodological choices and interpretative models which are available to researchers in order to explain the ways and the signification of the “groups” is in addition to the varied and chrono-culturel context.
As is described in this publication, a “deposit” is at once an action, the result of that action and a place. In order to approach this subject the xxixth session of International Archaeological and History of Antibes is based on these three principal axes with a multidiscipline and diachronic perspective: the context of the discovery, the “social life” of the objects uncovered and finally the gestures and the actors who made the deposits. 

Prix: 40 €
ISBN 2-904110-49-6

Pour l’acheter : http://www.librairie-archeologique.com/index.html?produit=40425