21 October 2022

Colloque | Zoomathia : Observation zoologique, expérience et expérimentation sur l’animal, dans l’Antiquité et au Moyen Âge

Organisé par : A. ZUCKER (UCA, Nice), A. BROSETA (UCA, Nice/ Sorbonne Université), A. SCACCUTO (UCA, Nice / Università di Siena).

Nice, 21-22 octobre 2022
Université Côte d’Azur
CEPAM

Le réseau de recherche Zoomathia organise à Nice, les 21 et 22 octobre 2022, un colloque international consacré à L’observation zoologique, l’expérience et l’expérimentation sur l’animal, dans l’Antiquité et au Moyen Âge. Dans le prolongement du colloque Expertus sum : L’expérience par les sens dans la philosophie naturelle médiévale, organisé en 2009 par I. Draelants et Th. Benatouïl, ce colloque se propose d’étudier les témoignages anciens d’une activité d’investigation pratique, réglée, éventuellement instrumentée sur les animaux ou avec eux, ainsi que les traces révélant des protocoles expérimentaux.
Dès les enquêtes sur la nature menées par les présocratiques (Alcméon, Anaxagore, Démocrite…) et les premiers traités de la Collection hippocratique, datés du Ve siècle avant notre ère, l’animal apparaît à la fois comme un objet d’investigation et comme un témoin pour la compréhension générale des phénomènes biologiques. Ce double statut est au cœur de l’œuvre zoologique d’Aristote, qui développe des enquêtes appliquées, anatomiques, physiologiques et éthologiques en particulier, poursuivies ensuite par les médecins des époques hellénistique et romaine et par les médecins arabes. Galien nous a laissé sur ces recherches d’abondants témoignages.
L’histoire officielle de la science antique et médiévale accorde généralement une place faible à la zoologie post-aristotélicienne, et considère souvent le Moyen Âge comme une période pauvre du point de vue des perspectives scientifiques, des enquêtes empiriques et des engagements épistémologiques. Ne peut-on, à rebours de l’opinion reçue et en se faisant l’avocat de l’ange, identifier plus résolument, dans ces époques antérieures à la révolution scientifique, des cas d’observation contrôlée correspondant à une méthode expérimentale ancienne ? Même si les cadres sont différents, et n’ont pas pour critère de validation la répétition, la quantification, la précision des mesures, différentes formes plus ou moins méthodiques d’investigation par le regard, de démonstration ou de réfutation sont manifestes dans les textes. Comparées aux formes de l’expérimentation moderne, celles-ci participent du même désir de tirer au clair le réel et d’en proposer une expression générale ou systématique.
Le seul regard de l’historien ou du philologue peut s’avérer insuffisant à saisir les témoins parfois discrets de ces activités d’enquête, et la coopération du biologiste ou de l’épistémologue peut sur les dossiers pertinents se révéler utile. Ces collaborations sont donc vivement encouragées.

Plusieurs pistes non exclusives sont proposées à la réflexion :

  • La question des formes et des structures de l’expérimentation ou de la « preuve », au regard des normes modernes de rigueur méthodologique et, dans une perspective plus large, le statut épistémologique des opérations conduites.
  • La question des fonctions de l’expérimentation : comment les deux grands objectifs de l’expérience – fonction de recherche et fonction de preuve ou de réfutation – sont-ils articulés ?
  • L’impact des observations réglées et des expérimentations sur les relations anthropozoologiques : les traces d’une réflexion, en particulier, sur le statut éthique et juridique de l’animal lié à d’expérience ; la considération de son rôle social et économique.
  • Les rapports entre expérimentation scientifique et pratiques rituelles (religieuses ou magiques) impliquant la mise à mort d’animaux ou l’utilisation de parties d’animaux (par exemple comme remède) : outre l’objet commun de ces différentes activités, la présence de gestes semblables, l’observation réglée par un certain protocole.
  • L’étude approfondie de plusieurs dossiers : celui par exemple des pratiques de dissection ou de vivisection et de leurs enjeux médicaux ou biologiques ; les descriptions de comportements organisés relevant de l’intelligence ou de la technique animale ; l’utilisation des animaux comme cobayes pour des tests pharmaceutiques.
  • Les débats épistémologiques sur le rôle et la fiabilité des observations dans la connaissance des organismes animaux, et le rapport entre théorie et empirie en biologie.
  • Les témoignages iconographiques d’expériences ou d’expérimentation conduites sur les animaux

Les propositions de communication (500 mots maximum) par des chercheurs confirmés ou des jeunes chercheurs, sont à envoyer avant le 15 juin 2022 aux adresses suivantes : arnaud.zucker@univ-cotedazur.fr ou anaelle.broseta@ens.fr. Elles pourront être formulées dans les langues traditionnelles du réseau Zoomathia : en français, anglais, allemand, italien ou espagnol. Le comité scientifique communiquera ses réponses le 10 juillet 2022.

Comité d’organisation

A. Zucker (UCA, Nice), A. Broseta (UCA, Nice/ Sorbonne Université), A. Scaccuto (UCA, Nice / Università di Siena).

Comité scientifique

  • Véronique Boudon-Millot
  • Christophe Chandezon
  • Isabelle Draelants
  • Brigitte Gauvin (à confirmer)
  • Oliver Hellmann
  • Michel Kreutzer
  • Stavros Lazaris
  • Orly Lewis (à confirmer)
  • Jean Trinquier
  • Baudouin Van den Abeele (à confirmer)
  • Arnaud Zucker

Zoological Observation, Experience and Experimentation on Animals, in Antiquity and the Middle Ages

The Zoomathia research network is organizing an international Conference in Nice on October 21 and 22, 2022, devoted to Zoological observation, experience and experimentation on animals in Antiquity and the Middle Ages.
Following the conference Expertus sum : L’expérience par les sens dans la philosophie naturelle médiévale organized in 2009 by I. Draelants and Th. Benatouïl, this conference will study the ancient testimonies of a practical, programmed, instrumented or interactive investigation on and with animals, as well as the hints revealing experimental protocols.
As early as the investigations on nature carried out by the pre-Socratics (Alcmaeon, Anaxagoras, Democritus…) and the first treatises of the Hippocratic Collection, dated from the 5th century B.C., the animals appear both as an object of investigation and as a witness for the general understanding of biological phenomena. This double status lies at the heart of Aristotle’s zoological work, which develops applied investigations, on anatomical, physiological and ethological aspects, that will be pursued by physicians of the Hellenistic and Roman eras and by the Arab physicians. Galen left us abundant evidence of this kind of research.
The official history of ancient and medieval science generally gives a weak place to post-Aristotelian zoology, and often considers the Middle Ages to be a poor period from the point of view of scientific perspectives, empirical investigations and epistemological commitments. Can we not reassess the received opinion and “play angel’s advocate”? In other words, can we not identify more resolutely, in those times preceding the scientific revolution, some cases of controlled observation corresponding to an ancient experimental method? Even if the frameworks are different and give less importance to reiteration, quantification, and precise measuring as criteria of validity, different forms of investigation by means of observation, demonstration or refutation are manifest in the texts. Compared to modern ways of experimentation, they participate in the same desire to understand the how and why of the phenomena and to propose a general or systematic expression of them.
The historian’s or philologist’s gaze alone may prove insufficient to grasp the sometimes discreet witnesses of these investigative activities, and the cooperation of the biologist or epistemologist may prove useful in many cases. These collaborations are therefore strongly encouraged.

Topics of interests include (but are not limited to):

  • The question of the forms and structures of experimentation, with regard to modern standards of methodological rigor and, in a broader perspective, the epistemological status of the experiments described or commented on in ancient texts.
  • The question of the functions of experimentation: how naturalists deal with the two main objectives of experimentation, i. e. the function of research and the function of proof or refutation?
  • The impact of regulated observations and experiments on anthropozoological relations: the traces of a reflection, in particular, on the ethical and legal status of the experimental animal; the consideration of its social and economic role.
  • The relationship between scientific experimentation and ritual practices (religious or magical) involving the killing of animals. In addition to the common object of these different activities, the presence of similar gestures, the observation regulated by a certain protocol.
  • The in-depth study of several themes: for example, that of dissection or vivisection practices and their medical or biological stakes; the descriptions of organized behaviors related to animal intelligence or technique; the use of animals as guinea pigs for pharmaceutical tests.
  • Epistemological debates on the role and reliability of observations in the knowledge of animal organisms, and the relationship between theory and empirics in biology.
  • Iconographic evidence for zoological experience or experimentation

Proposals for papers (500 words maximum), from established researchers or young investigators, should be sent before June 15, 2022 to the following addresses: arnaud.zucker@univ-cotedazur.fr or anaelle.broseta@ens.fr. They can be formulated in the traditional languages of the Zoomathia network: French, English, German, Italian or Spanish. The scientific committee will communicate its answers at on July 10, 2022.

Organization committee

A. Zucker (UCA, Nice), A. Broseta (UCA, Nice/ Sorbonne Université), A. Scaccuto (UCA, Nice/ Università di Siena).

Scientific committee

  • Véronique Boudon-Millot
  • Christophe Chandezon
  • Isabelle Draelants
  • Brigitte Gauvin (to be confirmed)
  • Oliver Hellmann
  • Michel Kreutzer
  • Stavros Lazaris
  • Orly Lewis (to be confirmed)
  • Jean Trinquier
  • Baudouin Van den Abeele (to be confirmed)
  • Arnaud Zucker
21 Oct 202222 Oct 2022
UNIVERSITE COTE D’AZUR, CEPAM

Rencontres scientifiques

Consulter toutes les rencontres
01 Jul09 Aug 2022

Appel à fouilleurs bénévoles

La mission archéologique française en Alaska (mafAK) cherche des fouilleurs bénévoles pour la fouille du site préhistorique de Little Panguingue Creek (Healy, Alaska), se tenant du 1er juillet au 9 août