15 octobre 2024

44e Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire | Fumier, bouses et guano : ordures ou or brun ?

Statut, usage et gestion des déjections animales depuis la Préhistoire ; potentiel archéologique et paléoenvironnemental – 44èmes Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur.

Dehesa, Espagne, Claire Delhon
Séchage du fumier, Tunisie, Marta Portillo
Séchage de pains de fumiers, Égypte, Bernard Moulin
Séchage de pains de fumiers, Égypte, Bernard Moulin
Pains de fumiers empilés, Géorgie, Luci Martin
Moutons/Brebis, Kurdistan, Marta Portillo
sphérolites de calcite, Grotte du Gardon, Dominique Sordoillet
previous arrow
next arrow
 

Organisées par / organized by Claire Delhon, CEPAM, Nice – Lionel Gourichon, CEPAM, Nice – Lucie Martin, Université de Genève & Edytem, Chambéry avec l’appui de / supported by CEPAM, Service Archéologie Nice Côte d’Azur (SANCA), l’Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques (APDCA)
Contact : rencontresdenice2024@cepam.cnrs.fr

Attention ! Report date limite d’envoi des propositions de communications : 1er mars 2024

[English below]
Fumier, purin, fientes, bouses, crottes… Dans les sociétés urbanisées modernes, ces mots évoquent des déchets dégoûtants, qu’il est incongru et plutôt désagréable d’avoir à côtoyer, si ce n’est ponctuellement lors de parties de campagne…
Pourtant, nombreux sont celles et ceux qui vivent au contact de ces produits liés pour la plupart à l’économie pastorale et le crottin faisait encore partie du quotidien des citadins avant l’avènement des véhicules automobiles ! Plus encore, les déjections animales ne sont pas un simple sous-produit de l’élevage, mais souvent une production en soi, transformable, valorisable, recyclable et commercialisable.
À l’heure où il s’agit de limiter les intrants pétrochimiques, la fumure animale redevient un composant clef des systèmes agropastoraux, mais ce n’est pas le seul usage. Alors que tas de fumiers et fosses à purin sont souvent dissimulés dans des zones peu fréquentées par nos sociétés hygiénistes, d’autres populations trouvent dans les bouses et crottin une matière première dont elles exploitent les propriétés plastiques, isolantes ou combustibles, voire esthétiques. Les excréments des animaux familiers, mais aussi d’espèces sauvages, sont même des ingrédients précieux de certaines pharmacopées.
Dans le domaine de la bioarchéologie, les fumiers fossiles et autres coprolithes – dont on retrouve les traces macro- et microscopiques –  sont une mine d’informations sur les environnements et les modes de vie du passé. Les sédiments d’origine coprogènes comme objets d’étude bénéficient du perfectionnement constant des méthodes analytiques issues des sciences naturelles et physico-chimiques, permettant de mieux définir leur composition, leur nature, leur origine et leur usage. Plus largement, l’analyse des déjections animales fournit des données environnementales et climatiques d’une valeur sous-estimée.
Entre nuisance et ressource, risque sanitaire et remède, pollution et engrais, ordure et or brun, les déjections animales ont nourri des représentations paradoxales, un symbolisme riche, et des conflits fréquents.
Les 44èmes Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur se proposent d’explorer les différents aspects de l’usage et de la gestion de ces matières, des risques et désagréments qu’elles génèrent mais aussi de la fertilité qu’elles engendrent, au travers de six thématiques, détaillées dans cette 1ère circulaire.
1/ De la bergerie aux champs : fumier, lisier et purin dans les systèmes agro-pastoraux
Mots-clefs : élevage, domestication, agriculture, fumure, fourrage, pâturage, exploitation du territoire, commerce
2/ Tas de fumier et fosse à purin : aspects techniques de la collecte, du traitement et de la valorisation des déchets d’origine animale
Mots-clefs : structures, stockage, chaînes opératoires
3/ Santé humaine et animale
Mots-clefs : hygiène, prophylaxie, parasites, épidémies, zoonoses
4/ Le déchet comme matière première
Mots-clefs : combustible, matériau, ingrédients, construction, artisanat, industrie, pharmacopée
5/ Perception et représentation des déjections animales
Mots-clefs : textes, images, villes et campagnes, odeur, ressource, déchet, nuisance, pollution, conflits, symbolique
6/ Les matières fécales fossiles, de précieuses archives paléoenvironnementales
Mots-clefs : pollen, phytolithes, spores de champignons coprophiles, géochimie, -omiques, paléoparasitologie, coprolithes, phosphates, coprocœnose, alimentation, taphonomie, climat, environnement


Manure, slurry, droppings, dung… In modern, urbanized societies, these words conjure up disgusting and rather unpleasant waste whose presence is considered incongruous, except during occasional stays in the countryside…
Yet, many people live in contact with these products of the pastoral economy, and dung was still part of city dwellers’ daily lives before the advent of motor vehicles! What’s more, animal dung is not simply a by-product of livestock farming, but often a product in its own right, which can be transformed, valorized, recycled and marketed.
At a time when petrochemical inputs must be limited, animal dung is regaining its place as an essential component of agropastoral systems, but it also has other uses. While manure heaps and slurry pits are often hidden away in places little frequented by our hygienic societies, other populations find in dung and manure a raw material whose plastic, insulating, combustible and even aesthetic properties can be put to good use. The excrement of domestic animals, but also of wild species, is even a precious ingredient in certain pharmacopoeias.
In the field of bioarchaeology, fossil dung or coprolites – of which macro- and microscopic traces remain – are a mine of information on past environments and lifestyles. As objects of study, coprogenic sediments benefit from the constant refinement of analytical methods derived from the natural and physical-chemical sciences, enabling us to better define their composition, nature, origin and use. More generally, the analysis of animal dejection provides environmental and climatic data of underestimated value.
Between nuisance and resource, health hazard and remedy, pollution and fertilizer, garbage and brown gold, animal dung has given rise to paradoxical representations, rich symbolism and frequent conflicts.
The 44th Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur will explore different aspects of the use and management of these materials, the risks and inconveniences they generate, but also the fertility they engender, through six themes, detailed in the first circular.
1/ From the sheepfold to the field: dung and slurry in agropastoral systems
Keywords : arming, domestication, agriculture, manuring, fodder, grazing, landuse, trade

2/ Manure heaps and slurry pits: technical aspects of collecting, treating and recycling animal waste
Keywords : structures, storage, chaînes opératoires
3/ Human and animal health
Keywords : hygiene, prophylaxis, parasites, epidemics, zoonosis
4/ Waste as a raw material
Keywords : fuel, material, ingredients, construction, crafts, industry, pharmacopoeia
5/ Perception and representation of animal feces
Keywords : texts, images, towns and countryside, odour, resource, waste, nuisance, pollution, conflicts, symbolism
6/ Fossil fecal matter: a valuable paleoenvironmental archive
Keywords : pollen, phytoliths, geochemistry, omics, paleoparasitology, coprolites, phosphates, predators, diet, taphonomy, climate, environment

Comité scientifique / Scientific committee

Fabien Blanc-Garidel, SANCA, Nice, France
Giovanni Boschian, Université de Pise, Italie
Emmanuel Desclaux, CEPAM/Grotte du Lazaret, Nice
Claire Delhon, CEPAM, Nice
David Etienne, CARRTEL, Chambéry
Lionel Gourichon, CEPAM, Nice
Jérémie Jacob, LSCE, Saclay
Matthieu Le Bailly, Chrono-environnement, Besançon
Cédric Lepère, CEPAM/EVEHA, Nice
Joséphine Lesur, AASPE, Paris
Lucie Martin, Université de Genève, Suisse / Edytem, Chambéry
Erwan Messager, Edytem, Chambéry
Pierre-Yves Nicod, Université de Genève, Suisse
Nicolas Poirier, TRACES, Toulouse
Marta Portillo, CSIC/Institut Milà i Fontanals, Barcelone, Espagne
Bertrand Roussel, Musées d’Archéologie de Nice
Dominique Sordoillet, Chrono-environnement / Inrap, Besançon
Arnaud Zucker, CEPAM, Nice

Informations pratiques / Practical information

Date : du 15 au 17 octobre 2024 / 15-17 October 2024
Lieu / Venue : auditorium du Parc Phoenix, Nice (https://www.parc-phoenix.org/ )
Inscriptions/Registration : ouverture en mars / opening in March 2024
Appel à contribution / Call for proposal : les propositions de communication doivent être envoyées avant le 1er mars/ à / proposals for communication should be sent before March 1st to rencontresdenice2024@cepam.cnrs.fr
Modèle proposition / Model of proposal

15 oct. 202417 oct. 2024
Nice

Rencontres scientifiques à venir

Consulter toutes les rencontres