Vallée du Jabron (Prés de Laure)

Découvert en 2012, le site des Prés de Laure (Comps-sur-Artuby, hameau de Jabron, Plaine alluvial du Jabron, Var) fait l’objet de fouilles programmées depuis 2013

Porteurs : Antonin Tomasso (Université de Liège, TraceoLAB), Guillaume Porraz (CNRS, ArScAn, AnTET, UMR 7041), Louise Purdue (CNRS, CEPAM, UMR 7264)
Partenaires : Université de Liège, TracéoLab, CNRS, ANTET, Université Paris Ouest, CEPAM, UNSA, Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco, Municipalité de Comps sur Artuby
Types de financement : SRA, Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco
Durée (année de début + année de fin) : 2013-
Site internet : https://www.facebook.com/PrehistoireJabron/

Le site est daté autour de de 23-27 ka cal. BP, au cours du dernier maximum glaciaire. Il s’agit du premier site de plein air découvert dans un contexte programmé et présentant une bonne préservation pour cette période chronologique (Gravettien, Epigravettien) (Porraz et al., 2014 ; Tomasso et al., 2018).

Cette opération de fouilles programmée est partie prenante d’un programme élargi à la vallée du Jabron, plaine alluviale s’étendant entre le Hameau de Jabron (commune de Comps-sur-Artuby) et le village de Trigance (commune de Trigance). Cet espace privilégié a livré des archives paléoenvironnementales couvrant a minima les derniers 50 000 ans étudiées aujourd’hui par de nombreux spécialistes (géomorphologie, anthracologie, palynologie, industries lithiques, archéozoologie, géophysique…).

Grâce à un travail systématique de prospections archéologique et géomorphologiques, d’autres sites ont été découverts dans la vallée et sondés depuis 2017 : la Baume de Monthiver (Porraz et al., 2018) et Moulin Neuf (Fouille en 2018). Des espaces « satellites » de cette moyenne vallée font également l’objet d’investigations à l’exemple du site de Sainte-Pétronille à Bargème (Marzin et al., 2016).