Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Édition scientifique > CRA-Monographies > Karnak dans l’objectif de Georges Legrain. Catalogue raisonné des archives photographiques du premier directeur des travaux de Karnak de 1895 à 1917

Karnak dans l’objectif de Georges Legrain. Catalogue raisonné des archives photographiques du premier directeur des travaux de Karnak de 1895 à 1917

Michel Azim et Gérard Réveillac

CRA-Monographie n° hors série
ISBN 2-271-06223-3
2004 - 24 x 31,5 - 2 vol., 816 p - 1205 ill. noires - rel.

Le nom de Georges Legrain reste à jamais attaché à l’histoire des temples de Karnak : après de longs siècles de destructions dues au temps et à la main des hommes, c’est à lui que revint le mérite de relever de ses ruines le plus grand ensemble monumental d’Égypte.
Legrain, à l’origine dessinateur, devint, tant par passion que par nécessité, chef de chantier, égyptologue et archéologue, ingénieur et architecte. Dirigeant les travaux pendant près d’un quart de siècle, de 1895 à 1917, année de sa disparition prématurée, menant seul plusieurs centaines d’ouvriers, il réalisa une œuvre considérable et innovante dans tous les domaines de la connaissance. Il effectua le dégagement général du site et d’ambitieuses restaurations, comme la reconstruction de la grande salle hypostyle après l’écroulement d’une partie de celle-ci en 1899, labeur gigantesque qui en assure encore jusqu’à nos jours la pérennité. Un des moments majeurs de l’exploration archéologique du site s’est situé entre 1903 et 1907, lorsque furent extraites plus de 750 statues de la fouille de la Cachette de Karnak, et l’on reste impressionné aujourd’hui des résultats obtenus avec de très modestes moyens.
Legrain a non seulement réuni, selon ses propres dires, la plus belle collection de clichés de Karnak du XIXe siècle, mais étant lui-même excellent photographe, a fixé régulièrement sur ses plaques la progression des chantiers, réalisant parfois de véritables reportages illustrant leurs étapes les plus significatives. Tous ses négatifs et bon nombre de ses tirages ont disparu ; toutefois, sa nature généreuse l’inclinant à diffuser ses clichés avec libéralité auprès de ses collègues, amis et visiteurs, plusieurs centaines d’entre eux, pour l’essentiel inédits, se sont trouvés disséminés dans des fonds d’archives français ou étrangers. Cet éparpillement même les a sauvés, et plus de 1200 ont pu être aujourd’hui réunis, à partir d’un fonds initial de 475 tirages conservé par le Centre franco-égyptien de Karnak. Parmi les clichés retrouvés, une importante série montre des statues de la Cachette de Karnak que Legrain a photographiées une à une au moment de leur découverte. Une fois identifiées, datées, commentées, localisées dans le temple, toutes ces images forment une collection cohérente et unique qui fait revivre les opérations menées sur le site, permet de suivre Legrain pas à pas dans le quotidien des chantiers et rend compte du progrès des fouilles, de l’ampleur des restaurations et de la valeur des découvertes.
La publication des clichés Legrain en un catalogue raisonné regroupant et ordonnant, pour la première fois, géographiquement et chronologiquement, cette précieuse iconographie, constitue non seulement un témoignage fondamental sur l’évolution de l’archéologie à Karnak durant 22 années, mais aussi un apport notable à l’histoire de l’égyptologie comme à celle de la photographie.

Le volume 1 comprend les textes du catalogue

Le volume 2 contient l’ensemble des illustrations (1205 documents)

Table des matières (fichier au format PDF) - 523.4 ko