01. Module Introduction à l’interdisciplinarité (3 ECTS)

Le master PPA se distinguant par sa forte interdisciplinarité, un module est consacré aux modalités des recherches et approches combinant plusieurs champs disciplinaires mobilisés sur un même objet d’étude. Cette formation comprend une présentation des différents modules et champs disciplinaires investis par le parcours PPA, qui donnera lieu à une restitution écrite par les étudiants. Dans le cadre de ce module, les étudiants seront également sensibilisés à la construction du projet personnel encadré et auront à suivre deux séminaires de recherche dont ils devront rendre compte.

02. Module Introduction à la Préhistoire (6 ECTS) – enseignant référent : Nicolas Naudinot

Cette introduction a pour but de familiariser les étudiants avec le cadre chrono-culturel de la Préhistoire ainsi qu’avec les différentes approches des vestiges archéologiques. La formation est organisée sous forme de cours magistraux pour le Pléistocène et l’Holocène, avec une introduction aux méthodes de datation et repose également sur des sorties de terrain permettant de se familiariser avec quelques grands sites, musées et contextes de différentes périodes de la région PACA.

03. Module PPR1 – Gestion de projet et communication, commun aux parcours 3G et PPA (6 ECTS)

Les métiers de la recherche, de la médiation et de l’enseignement supérieur nécessitent tous des compétences solides en communication orale et écrite.
En outre, il est de plus en plus courant que les professionnels du secteur public ou privé aient à répondre à des appels à projet ou des appels d’offre. L’idée de ce module est de simuler une telle situation.
Le module comprend une semaine de cours donnant les bases de la rédaction d’un mémoire ou d’un rapport, présentant ce qu’est la stratégie projet et abordant les appels à projets les plus courants existant dans le monde de la recherche. Une partie pratique sous forme de travail personnel encadré est ensuite mise en œuvre par les étudiants. Les étudiants devront répondre à un appel à projet/d’offre et prendre en main toutes les phases de son déroulement. Les projets seront pluridisciplinaires et s’effectueront par groupe. Un encadrant suivra un groupe tout le long du projet.

05. Module Paléoenvironnements et archéobotanique (3 ECTS)

Ce module comporte tout d’abord une série de cours magistraux apportant des notions de base en botanique et écologie, nécessaires à la maîtrise des problématiques archéobotaniques et paléoenvironnementales. Il s’agit de notions de biologie végétale, botanique, phytosociologie et écologie végétale, qui permettent de comprendre le fonctionnement et l’évolution des environnements végétaux. Les principes, méthodes et interprétations en archéobotanique et paléoenvironnement sont ensuite abordés : anthracologie, analyses des phytholithes, palynologie et carpologie. A partir de ces connaissances de bases, sont abordés d’une part l’histoire de la végétation en Europe tempérée et en Méditerranée au Pléistocène et à l’Holocène et d’autres part les effets des pratiques humaines sur l’environnement et la gestion des ressources végétales par les sociétés depuis la Préhistoire.

bibliographie indicative

Généralités

 Bourquin-Mignot C., Brochier J.-E., Chabal L., S. Crozat, L. Fabre, F. Guibal, P. Marinval, H. Richard, J.-F. Terral, I. Théry. La botanique. Errance, coll. « Archéologiques », 1999.

 Delhon C., Moutarde F., Tengberg M., Thiébault S., Les perceptions et les représentations de l’espace à travers les analyses archéobotaniques. Etudes rurales 167-168, 2003.

 Semah A.-M. et Renault-Miskovsky J., L’évolution de la végétation depuis deux millions d’années. Artcom’ (Errance), coll. « guide de la préhistoire mondiale », 2004.

 Thiébault S., Archéologie environnementale de la France. La découverte, 2010
Pour aller plus loin…

 Chabal L., Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final, Antiquité tardive) : l’nthracologie, méthode et paléoécologie. Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Documents d’archéologie française », 1997

 Martin, L., Premiers paysans des Alpes. Alimentation et agriculture au Néolithique. Presses Universitaires de Rennes, coll. « tables des Hommes », 2014.

 Théry-Parisot I., L’économie des combustibles au Paléolithique : expérimentation, taphonomie, anthracologie. CNRS, coll. « Dossier de documentationarchéologique », 2001.
Recueils pluridisciplinaires

 Delhon C., Théry-Parisot I., Thiébault S., (dirs..), Des Hommes et des plantes. Exploitation du milieu et des resources végétales de la Préhistoire à nos jours. Editions APDCA, 2010.

 Guilaine, J. (dir.), Populations néolithiques et environnements. Séminaire du Collège de France. Errance, 2005.

06. Module Paléontologie et archéozoologie (3 ECTS)

Ce module comprend 4 volets. Le premier et consacré à l’enseignement des connaissances de base communes à l’archéozoologie et la paléontologie, notamment à travers l’histoire de ces disciplines et des notions élémentaires sur la taxonomie, la zoologie et l’écologie animale. Une seconde série portera sur les principales problématiques développées par l’étude des restes d’animaux du Quaternaire et de l’Holocène : exploitation des ressources animales (chasse et élevage), domestication animale, reconstitution des environnements passés et taphonomie. Les heures de TD comprises dans ce module consisteront en l’apprentissage des méthodes d’analyse associées à ces problématiques : ostéologie, identification taxonomique, étude macroscopique et microscopique des transformations subies par l’os, méthodes statistiques. Enfin, deux autres enseignements en CM viendront compléter cet apprentissage en approfondissant 2 thématiques particulières : évolution des peuplements mammaliens dans l’Ancien Monde au cours du Pléistocène ; apparition et développement de l’élevage au cours de la Néolithisation du Proche-Orient et de la Méditerranée.

07. Module Géomatériaux (3 ECTS)

Les divers géomatériaux susceptibles d’être utilisés par les hominidés seront décrits tant du point de vue de leur composition et de leur origine (roches sédimentaires, roches magmatiques, roches métamorphiques, ou minerais) que de leur intérêt sociétal (rhéologie, dureté, caractère ornemental, valeur). Les méthodes d’analyses qualitatives et quantitatives des géomatériaux pour identifier l’origine et la traçabilité des outils lithiques et ustensiles céramiques seront présentées : analyse pétrologique (microscope polarisant), analyse en majeurs (ICP-AES), analyses semi-quantitatives (Microscope électronique à Balayage environnemental), analyses en éléments traces (ICP-MS), analyse composition minéralogique (diffraction X). Pour le silex, l’accent sera mis sur :

  • (i) sémantique, genèse et caractéristiques (minéralogiques, pétrographiques et micropaléontologiques) ;
  • (ii) description des méthodes utilisées en pétro-archéologie (protocoles, outils, grilles d’observations, traitement d’image sous ImageJ) ;
  • (iii) notion de chaîne évolutive : comment décrypter la chronologie des processus d’altération (protocole, outils, grille d’observation, traitement d’image afin de mieux définir la provenance des silex archéologiques).

02. Module Approche systémique des cultures matérielles, 1ère séquence (3 ECTS)

Ce module vise à exploiter les connaissances acquises au cours du premier semestre par les étudiants dans l’étude du matériel lithique. Ils seront en effet amenés à mobiliser les connaissances acquises en pétroarchéologie, technologie lithique et tracéologie, afin de discuter des systèmes paléo-économiques des groupes préhistoriques. Après un CM destiné à leur présenter des notions théoriques sur les systèmes de mobilité préhistoriques et les différentes approches permettant de les aborder, les étudiants seront amenés, lors de TD, à développer cette réflexion sur des collections lithiques.

03. Module géochronologie des paléoenvironnements – forçages anthropiques et climatiques (3 ECTS)

Ce module comporte des cours magistraux sur les climats à partir de l’étude d’archives sédimentaires marines et de milieux sédimentaires continentaux. Seront plus particulièrement traités les climats postglaciaires des Alpes à la Méditerranée et les forçages anthropiques depuis la fin du Néolithique. Les travaux dirigés seront dédiés à l’apprentissage des méthodes de caractérisation des formations sédimentaires : susceptibilité magnétique, spectro-colorimétrie et granulométrie ; paléo-pédologie et micro-morphologie.