Fonctionnement

Le CEPAM (Cultures – Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge) est une unité mixte de recherche CNRS – UNS qui développe des recherches autour de la connaissance des sociétés du passé, de leurs modes de fonctionnement, de leur évolution et de leur relation à l’environnement.

Ce socle commun est abordé suivant une large déclinaison de thématiques, à des échelles variées (du site au paysage et à l’exploitation des territoires) et à travers une diachronie importante (de la Préhistoire au Moyen Âge). Les archives exploitées sont très diversifiées et s’étendent des biomarqueurs moléculaires aux textes anciens, en passant par les archives biologiques, géologiques et culturelles.

Le CEPAM se positionne comme une structure interdisciplinaire ayant une large interface entre les sciences humaines, naturelles et physicochimiques, avec des spécialités rares tant au niveau national qu’international (étude de l’avifaune, des phytolithes et archéologie biomoléculaire par exemple), et des terrains d’étude bien identifiés dans la zone méditerranéenne et dans d’autres aires géographiques (Afrique, Sibérie notamment pour l’ethnoarchéologie). Le nom du laboratoire (naguère : Centre d’Études Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge) a été légèrement modifié (sans modification de l’acronyme) afin de mieux rendre compte des deux polarités majeures (INEE et INSHS) de notre laboratoire : Cultures et Environnements.

Les recherches s’organisent au sein de quatre équipes

STEP – Systèmes techniques, Ethnoarchéologie et Préhistoire

L’équipe STEP se consacre à l’étude systémique des sociétés humaines préhistoriques du Pléistocène et de l’Holocène avec un intérêt particulier pour les processus de changements culturels. Son champ d’étude géochronologique est vaste, plus d’un million d’années, sur tous les continents, des chasseurs-collecteurs du Paléolithique aux agro-pasteurs du Néolithique et de l’Âge du Bronze.

GReNES – Gestion des REssources Naturelles, Environnements et Sociétés

À l’interface entre les entités socio-culturelles et leurs environnements, les archives biologiques issues de contextes archéologiques ou d’enregistrements naturels sont de précieux témoins de l’économie des sociétés, des indicateurs des relations homme/milieu et des vecteurs d’informations sur l’évolution des paléoenvironnements.

DYNAPP – Dynamique des Peuplements et des Paysages

L’équipe appréhende la structure et la dynamique des systèmes socio-environnementaux par des approches pluridisciplinaires (archéologie, histoire, géoarchéologie, anthropologie biologique, paléodémographie), sur la longue durée.