Leïla Hoareau

Doctorante – STEP
Mots-clefs : Tracéologie, parure en coquille, épigravettien

Cursus universitaire


  • 2016 : Master Préhistoire, Paléoenvironnement et Archéosciences, Université de Nice Sophia Antipolis

  • 2014 : Licence d’Histoire, histoire de l’art Archéologie documentation et patrimoine – Université de Nice Sophia Antipolis.


Mémoires universitaires


  • 2015 – 2016 : La parure à la fin de l’épigravettien : le cas de l’Abri Martin. Directrice de Master: Sandrine Bonnardin

  • 2014 – 2015 : L’ornementation corporelle des populations paléolithiques dans l’arc liguro-provençal : l’exemple de l’Esterel. Directeurs de Master : Nicolas Naudinot et Sandrine Bonnardin


Sujet de thèse


Modalités d’utilisation des objets de parure préhistoriques : apports de la tracéologie à la compréhension des traditions ornementales
Directrice de thèse : Sylvie Beyries
Date de début de thèse : 1er octobre 2017 

Problématiques et démarche


Ce travail a pour objectif d’affiner les connaissances sur les pratiques ornementales des populations épigravettiennes. Les objets de parure épigravettiens sont très majoritairement réalisés en coquilles marines et parmi lesquelles certaines espèces précises ont été selectionnées. Ces choix se révèlent relativement constants tout au long de la période. L’étude se propose de questioner cette stabilité dans la sélection des matières premières à travers une approche tracéologique des objets de parure en coquilles marines.

Il s’agit de croiser les données sur la provenance des matériaux, les modalités de fabrication ainsi que la réalisation des compositions ornementales afin de jeter un nouvel éclairage sur les comportements symboliques et esthétiques des populations épigravettiennes. L’étude mettra particulièrement l’accent sur le développement de l’analyse fonctionnelle : une référentiel expérimental sera constitué et les coquilles observées à l’échelle macro- et microscopique, dans le but de reconstituer les compositions ornementales avec le plus de précision possible.

Les modalités d’agencement des objets de parure au sein d’une composition peuvent prendre des formes très variées relevant de choix correspondant aux considérations esthétiques de la société et chacune de ces compositions a pu revêtir un sens ou une fonction qui lui est propre. La restitution des choix ornementaux dans toute leur diversité doit permettre de mieux comprendre le rôle de la parure dans les sociétés épigravettiennes (construction de l’identité des individus, différenciation sociale, objet d’embellissement du corps, etc.), la façon dont ces comportements symboliques et esthétiques s’organisent dans l’espace et dont ils évoluent au cours du temps.

Production scientifique (écrite) depuis 2011

Porraz Guillaume; Tomasso Antonin; Mologni Carlo; Audiart Benjamin; Hoareau Leila; Julien Marie-anne; Padovan Marco; Sardelli Giorgia; Simon Patrick; Purdue Louise, 2018. La fin du Pléistocène et le début de l’Holocène dans la vallée du Jabron (Var, France) : une première note sur les occupations humaines à la Baume de Monthiver. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 115 (2), 390-393. (ACL)