Accueil > Objectifs de l’école thématique

Objectifs de l’école thématique

Public concerné

L’école thématique Archéobios s’adresse en priorité aux archéologues du CNRS en position de responsabilité sur la fouille ou amenés à diriger prochainement des opérations (i.e. archéologues responsables d’opérations et de secteurs, qu’ils soient ingénieurs ou chercheurs) qui souhaitent à la fois améliorer leurs connaissances et leurs pratiques mais également nourrir un échange constructif autour des grands enjeux et des problèmes concrets rencontrés sur le terrain. Quelques doctorants et post-doctorants, de préférence financés, pourront être intégrés.

Tout archéologue, quelle que soit sa spécialité, souhaitant élargir leur champ de ses connaissances à d’autres disciplines ou avoir un échange avec d’autres archéologues autour de leurs pratiques peuvent également se porter candidats.
Secondairement cette école s’adresse à l’ensemble des personnels du CNRS ou d’autres organismes (INRAP, Ministère de la Culture, Universités), amenés à conduire ou à participer à des opérations de fouille, de tamisage, tri, conditionnement et conservation des archives biologiques.

Cette école doit ainsi répondre aux demandes exprimées par les archéologues confrontés à la découverte de vestiges botaniques ou fauniques nécessitant la mise en place de protocoles adaptés, et n’ayant pas toujours les moyens, les connaissances ou les compétences pour mettre en place les stratégies d’échantillonnage, en l’absence de spécialistes sur le terrain.
En proposant un espace de formation et d’échanges privilégiés, l’école thématique doit répondre de manière optimale à la demande des archéologues confrontés à leurs propres terrains d’étude.

Finalités

Cette école permettra aux participants d’acquérir ou compléter les bases nécessaires pour :

  • estimer le potentiel des vestiges biologiques conservés en rapport avec les problématiques du terrain d’étude ;
  • rechercher et prélever méthodiquement les assemblages ou marqueurs spécifiques destinés à être étudiés dans cette optique ;
  • conférer une certaine autonomie et réactivité pour la mise en place de protocoles sur le terrain.
  • inscrire le programme de fouilles et ses résultats attendus dans les principales thématiques de recherche explorées par les archéobiologistes ;
  • s’insérer dans un réseau de spécialistes susceptibles de répondre aux attentes des archéologues conformément aux types de restes et aux contextes/périodes étudiés ;

Pré-requis

Aucun pré-requis n’est demandé si ce n’est d’avoir déjà, de préférence, une expérience de la fouille ou du traitement des échantillons en post-fouille.
Parallèlement, parmi le public ciblé, les archéologues de terrain seront amenés à partager leur expérience et à présenter leurs travaux, sous forme d’exposés courts, afin de nourrir les discussions portant sur la spécificité et l’adaptabilité des méthodes de prélèvement aux différents contextes (fouille programmée vs fouilles préventives, plein air, grottes/abris, contextes arides/humides, etc.).
Quelques « modules », brefs, de mise à niveau seront intégrés à l’école (écologie, phytosociologie, zootechnie, identification).